Saison : 2021-2022 – Playoffs

Delaware Blue Coats — Rio Grande Valley Vipers

Après avoir perdu la première rencontre de ces finales dans le Texas, Delaware n’a plus le choix, toute défaite signifiant la fin de leur quête du titre 2022. Ils comptent pour cela sur Shaquille Harrison, récent meilleur défenseur, pour empêcher leurs adversaire de marquer autant de points que lors de la première confrontation.

L’une des clés sur lesquelles ils s’appuient consiste à ralentir Trevelin Queen, le MVP de la ligue. Et si cela marche en début de partie, le rouleau compresseur adverse finit tout de même par se mettre en route.

C’est en fait tout ce qui fait l’essence des Vipers depuis des années qui ressort à ce moment là. Rio Grande Valley est connu comme une formation qui aime courir tout au long des matchs. La franchise avait même été surnommée « the most running, gunning team pro basketball has ever seen ». En gros, on court, on shoote, avec un nombre de possessions par rencontre impressionnant.

Pour que cela fonctionne il faut des artilleurs. Avec 24 points et 9 rebonds, Queen ffait le boulot. Daishen Nix répond aussi présent avec ses 18 unités et 10 prises.

A cela ils rajoutent un peu de défense, en tenant Delaware à 39 % de réussite et en bloquant pas moins de 14 tirs. Ils verrouillent enfin le rebond, s’emparant de 18 ballons de plus que leurs adversaires.

Avec tous ces paramètres réunis, ils parviennent à démarrer le dernier quart temps devant, 104 à 86. Delaware essaie bien de revenir, notamment par l’intermédiaire de Karim Mane, 20 points, ou encore Myles Powell, 28, mais ne peut jamais réellement combler le trou. Au mieux ils se retrouvent à 10 longueurs, 124 à 114, mais il ne reste alors que 2:33 à jouer, trop peu pour espérer quoi que ce soit.

Les absences de Charlie Brown Jr. et Jared Springer, deux atouts habituels des Blue Coats ont aussi peut être pesé dans la balance, mais ce sont bel et bien les Vipers qui finissent par remporter la victoire et le titre. Avec quatre championnats, Rio Grande Valley sème tous ses poursuivants, aucune autre franchise n’ayant remporté plus de deux bagues dans toutes l’histoire de la ligue.

Rio Grande Valley Vipers — Delaware Blue Coats

Cette série met aux prises deux formations habituées d’être à ce stade de la compétition, avec des Vipers ayant déjà remporté la compétition trois fois, et des Blue Coats déjà en finale l’an dernier, et vainqueurs du showcase de décembre dernier. Avant même de débuter elle promet un festival offensif, car les deux formations sont les meilleures de la ligue dans ce domaine.

Dès le début des hostilités, les deux franchises essaient de prendre le meilleur, les deux ayant chacune leur période. A 7 partout, ce sont les Blue Coats qui partent devant. Mais 20 points plus tard, Rio Grande Valley prend le lead à son tour. En fait, il faut attendre d’être presque arrivé à la mi-temps pour avoir un premier petit écart, 77 à 65 en faveur des Vipers. La charge est alors menée par Trevelin Queen, auteur de 44 points, tandis que Daishen Nix ajoute un triple double, 31 unités, 12 rebonds et 11 passes décisives.

Après la pause par contre, les choses vont largement se détériorer pour les visiteurs. Les Vipers poussent, et s’appuient sur leur adresse de loin pour réellement prendre le large (Sur l’ensemble du match, les deux équipes ont d’ailleurs utilisé la périphérie, prenant 100 de leurs 229 tirs derrière l’arc). Le score final est d’ailleurs un peu trompeur, car Rio Grande Valley a un temps compté pas moins de 34 longueurs d’avance, l’écart final n’étant du qu’à un 17 à 0 passé par les Blue Coats alors que les jeux sont déjà faits.

Ce sont donc les locaux qui remportent cette première manche, malgré les 24 points (9 rebonds) de Patrick McCaw, les 22 de Myles Powell ou encore les 21 de Shaquille Harrison.

Raptors 905 — Delaware Blue Coats

Les Blue Coats avaient remporté le showcase en décembre, alors que les Raptors n’avaient même pas été qualifiés pour participer au tournoi final. De plus, Delaware est en chemin pour prendre part à ses secondes finales consécutives. Et pourtant, c’est en position de numéro 1 que les canadiens accueillent leurs adversaires du jour.

Dans une rencontre résolument offensive, ce sont les premiers cités qui prennent les devants, et imposent leur jeu. Pas une mince affaire, car il a fallu pour cela inscrire 81 points en une mi-temps au 905, la meilleure défense de la ligue.

Deux facteurs à cela. Les canadiens tout d’abord connaissent des difficultés à conserver le cuir. Avec 20 balles perdues, ce sont autant de possessions rendues à l’adversaire, qui lui n’en abandonne que la moitié. De plus, l’adresse des Blue Coats fait des ravages, avec50 % de réussite aux tirs, donc 41 % derrière l’arc. A ce petit jeu, Miles Powell est le plus brillant avec ses 34 points, tandis que Charlie Brown Jr. en ajoute 28, et Aaron Henry 23. A signaler le presque triple double de Shaquille Harrison, 17 points, 13 passes et 9 rebonds.

En face, les Raptors font aussi un festival offensif, les 139 points inscrits constituant leur record de la saison. Ils dominent dans la raquette, car le plus grand joueur adverse, Brown Jr., ne mesure qu’ 1m98. Conséquence, ils monopolisent les rebonds (61 à 35), avec notamment un joli 26 à 9 en attaque.

L’un dans l’autre, ce sont tout de même les Blue Coats qui tirent leur épingle du jeu et finissent par se qualifier. Outre le fait que ce sont eux qui ont le moins mal défendu, leurs adversaire leur ont facilité la tâche avec les balles perdues, résultant plus souvent de mauvais choix. Delaware a aussi profité de la profondeur de son effectif, et donc de la fatigue de ses adversaires. Ainsi, Dalano Banton, bien qu’auteur de 34 points et 11 passes, est resté pas moins de 44 minutes sur le terrain. Justin Champagnie (36 pts et 10 rebonds) est un peu plus sorti, mais uniquement à cause des fautes. Kevon Harris et Aaron Best ont eux aussi passé plus d’un quart temps entier sur le parquet sans jamais rejoindre le banc. Difficile dans ces conditions de maintenir un niveau de jeu constant, Bandon par exemple n’inscrivant aucun panier de tout le dernier quart temps.

Rio Grande Valley Vipers — Agua Caliente Clippers

Les Vipers savent gagner. Avec déjà trois titres dans l’histoire de la ligue, ils savent comment aller au bout. C’est donc devant 3680 spectateurs qu’ils accueillent cette demi-finale face aux Clippers, avec comme enjeu la place de champion de la conférence Ouest.

Peu de détails ont filtré sur le déroulement de la rencontre, mais à l’analyse des chiffres, ce sont les visiteurs qui ont perdu le match plus qu’une victoire de Rio Grande Valley. Les locaux ont ainsi pu dérouler un meilleur jeu collectif, mettant à mal la défense d’Agua Caliente.

Du côté des vainqueurs, huit joueurs ont foulé le parquet, avec un cinq majeur entièrement en double digits. Mfiondu Kabengele a été le plus prolifique avec 27 points (et 10 rebonds), tandis qu’Anthony Lamb en a ajouté 23, et Daishen Nix 22.

C’est du banc qu’est principalement venu le scoring des Clippers, car Nate Darling a rentré 29 unités (4/7 derrière l’arc), et BJ Boston Jr. a confirmé ses bonnes dispositions du moment avec 21 points. Dans le cinq, Jordan Ford a assuré la marque, avec ses 24 pts.

Motor City Cruise — Delaware Blue Coats

Ces 1/4 réservent décidément de belles affiches, avec une rencontre qui oppose deux franchises ayant obtenu exactement le même bilan en saison régulière. La seule différence est que les Blue Coats ont déjà connu une rencontre couperet lors du premier tour, avec que le Cruise, à la faveur de son classement, fait seulement son entrée dans la compétition, tout en ayant l’avantage du terrain.

Bien qu’en position de léger outsider, Delaware connaît déjà bien ce genre de joute, étant parvenu jusqu’en finale du dernier showcase en décembre. De plus, le moral est bon, car Shaquille Harrison entre sur le terrain auréolé de sa toute récente récompense de meilleur défenseur de l’année.

Pour autant, tout n’est pas simple sur le parquet, et tout au long des 48 minutes les deux formations se rendent coup pour coup. Pour preuve, la rencontre connaît pas moins de 18 changements de leaders, et 16 égalités.

A ce petit jeu, ce sont les Blue Coats qui se montrent les plus solides, derrière les 30 points de Jaden Springer, les 2 8 (et 10 prises) de Charlie Brown Jr., ou encore les 22 de Myles Powell, auteur d’un beau 5 sur 9 derrière l’arc.

C’est donc une élimination directe pour Motor City, qui n’a pas pu capitaliser sur les 25 points et 13 rebonds de Check Diallo.

Raptors 905 — Capital City Go-Go

Quelle pression pour les Raptors ! De toutes les affiches de ces quarts, c’est peut être celle où le mieux classé de la saison n’est pas forcément le favori. En effet, Capital City a battu les canadiens lors de leurs trois précédentes confrontations, et cette fois, ils n’ont pas le droit à l’erreur.

Sur ce principe, le 905 décide d’attaquer fort dès le début, avec un premier quart temps conclu sur la marque de 35 à 23. Ils s’appuient pour cela sur leur défense, le meilleure de la ligue. Ils se concentrent particulièrement sur l’artilleur Jordan Schakel, l’empêchant de tirer depuis le périmètre, et de passer la balle à l’intérieur où le Go-Go est moins bien armé. A ce petit jeu, Capital City est un peu en manque d’adresse, et les Raptors verrouillent le rebond, ne laissant leurs adversaires inscrire que 15 points sur seconde chance sur l’ensemble du match.

Capital City essaie aussi de verrouiller le meilleur joueur adverse, portant une attention particulière sur Dalano Banton pour qui les principaux schémas de jeu sont dessinés. Mais à l’inverse Banton a su s’adapter, se concentrant sur la défense (8 rebonds sur le premier quart temps), et jouant la pénétration de l’autre côté du terrain pour ressortir sur ses coéquipiers.

Alors, facile pour les locaux ? Non, bien sûr que non, car la réaction du Go-Go arrive dès le second quart temps. Les visiteurs inscrivent pas moins de 42 points pour reprendre la tête… En fait, les débats sont alors largement équilibrés, avec pas moins de 11 changements de leaders. Jordan Godwin est en feu pour Capital City, et c’est lui qui envoie le match en prolongation, inscrivant le dernier tir d’égalisation pour aller avec ses 35 points.

Sur cette période supplémentaire, les Raptors prennent à nouveau les devants, obligeant le Go-Go à faire faute… Kevon Harris, Devon Johnson et Isaab Bonga ne tremblent pas, et convertissent cinq de leurs sept tentatives. Suffisant pour assurer la victoire aux Raptors, au terme d’une rencontre irrespirable.

Rio Grande Valley Vipers — Texas Legends

Pas facile pour les Legends d’aller jouer chez les Vipers en ce 08 avril. En effet, leurs hôtes du jours ont terminé la saison régulière en tête de leur conférence, et viennent de se voir décerner pas moins de trois récompenses, le MVP pour Trevelin Queen, le coach Mahmoud Abdelfattah, et le meilleur exécutif.

Avec seulement 8 joueurs sur la feuille de match, Texas connaît un début de rencontre pour le moins compliqué. L’équipe encaisse d’entrée un 8 à 0, et se met en devoir de remonter rapidement. Alors qu’ils croient avoir réussi (18 à 17), les Vipers réalisent alors un nouveau run, 11 à 0, qui les remet immédiatement dans les cordes. Tyler Bay est l’un des grands artisans de ce bon début, lui qui inscrit 25 points pour 12 rebonds. Queen n’est pas en reste avec ses 25 unités et 7 cavianrs, tandis que Anthony Lamb complète le trio avec ses 21pts.
Avec son fer de lance en feu, Rio Grande Valley se détache peu à peu, augmentant régulièrement son avance pour la porter à 31 longueurs (107-76) avec un peu plus de trois minutes à jouer. L’essentiel est alors fait et le suspense complètement inexistant, les locaux terminent de fait la partie un peu en roue libre.

Malgré cette grosse défaite, Calik Jones n’a pas démérité avec 36 points et 14 passes, alors que Moses Wright a ajouté 25 unités, et Justin Jackson 14.

Agua Caliente Clippers — South Bay Lakers

Duel au sommet pour ce 1/4 de finale, avec deux formations ayant terminé la saison régulière avec quasiment le même classement, et le même bilan. Un léger avantage pour les Clippers cependant, qui ont fini devant grâce à un match supplémentaire disputé, et remporté.

Et ce match, qui plus est à élimination directe, ne déroge pas à cette tendance, avec une victoire aux forceps des mieux classés. Et pourtant, South Bay a fait le forcing pour inverser la tendance. Derrière de sept longueurs dans le second quart temps, les Lakers font immédiatement ce qu’il faut pour recoller, et arriver à la pause sur la marque de 57 à 55. Derrière, l’intensité monte d’un cran. Les Clippers essaient régulièrement de repartir, mais sans y parvenir. Mieux, South Bay parvient même à passer devant de 4 points alors qu’il reste quatre minutes à jouer. Mason Jones est en grande forme avec ses 33 points, tandis que Paris Bass apporte son énergie du banc avec 29 unités et 12 rebonds.

Mais Agua Caliente fait l’effort, et à 1:08 du terme les deux formations sont à égalité, 108 partout. Keaton Wallace, auteur de 23 points, 6 rebonds et 9 passes, met alors un floater pour redonner l’avantage aux siens. Les Lakers tentent de répliquer derrière l’arc, sans succès, tandis que Xavier Moon rentre deux lancers francs pour donner deux possessions d’avance. South Bay a ensuite plusieurs occasions de recoller, mais sans y parvenir complètement. Ce sont donc les Clippers qui se sont montrés les plus consistants, avec notamment les 18 unités de Brandon Boston Jr.

Birmingham Squadron — Texas Legends

Première saison à Birmingham, et première qualification en playoffs, le premier exercice du Squadron est plutôt positif. Malheureusement, les Legends font ce qu’il faut pour passer le premier tour pour la première fois de la franchise, s’adjugeant la victoire 115 à 100.

Les locaux prennent pourtant le meilleur départ, prenant jusqu’à huit longueurs d’avance. Cela ne dure cependant pas vraiment. Chaque formation réalise quelques runs, résultant en 7 égalités et 9 changements de leaders au fil des trois premiers quart temps. Avec ses 28 points Jared Harper montre pourtant la voie, aidé de Zylan Cheatham et Joe Young avec 16.

Hélas pour eux, Texas passe un 12 à 0 lors du troisième quart temps pour desserrer l’étreinte des locaux et prendre un peu l’initiative. La dernière période est alors à sens unique, et les Legends prennent jusqu’à 21 longueurs d’avance pour s’assurer la qualification. Mission accomplie pour Justin Jackson et ses 22 unités, et Carlik Jones, 22 points, 8 rebonds et 9 passes.

South Bay Lakers — Santa Cruz Warriors

Santa Cruz arrive en playoffs comme une sorte de miraculé. En effet, pour avoir le droit de participer à ce stade de la compétition, il leur a fallu remporter leurs trois derniers matchs après prolongation, et avoir un peu d’aide des autres équipes (une victoire des Stars sur Stockton) ainsi qu’un tiebreaker sur les Wolves… En face, les Lakers arrivent avec la troisième meilleur attaque de la ligue, grands favoris de la confrontation.

Même s’ils ne sont jamais devant, Kendall Smith (25 points) et ses coéquipiers, tels Jerome Robinson (19pts et 10 passes) ou Selom Mawugbe (19 unités et 13 rebonds) parviennent longtemps à rester dans le rétroviseur de leurs hôtes.

C’est finalement grâce à leur adresse (51%), et notamment de loin, 43 % derrière l’arc, que les Lakers parviennent à faire un véritable écart lors du troisième quart temps. Ils s’appuient pour cela sur leurs contre attaques, inscrivant 15 de leurs 37 unités de la période sur jeu rapide.

Avec un matelas de 21 points, South Bay pense alors être bien parti pour se qualifier. C’est alors que Santa Cruz change de tactique pour passer en défense de zone. Cette tactique cause de gros problèmes aux Lakers qui voient leur avance fondre à l’occasion d’un 13 à 0, les Warriors revenant par deux fois à 6 points. Mais l’écart ne diminue finalement jamais plus.

C’est donc les Lakers qui se qualifient 134 à 123, sur les ailes de Mac McClung, 27 points et 10 caviars. A noter aussi les performances de Mason Jones, 24pts, 8 passes et 7 prises, ou encore de Chaundee Brown Jr., 21 unités. Paris Bass a enfin régalé le public de ses dunks, ajoutant 17 points et s’emparant de 12 rebonds.