Le dur chemin vers la G-League…

Logo Motor Ciry CruiseDepuis plusieurs années, Brandan Kearney a essayé différents moyens pour atteindre son rêve, la NBA. Mais à chaque fois la porte s’est refermée devant lui. Il a d’abord essayé de se faire remarquer en universitaire, à Michigan State. Mais l’équipe où jouait notamment Draymond Green était trop forte… Deux transferts plus tard, le voici sorti de Detroit-Mercy, mais le timing n’est pas le bon. Il vient d’être père, et met momentanément son rêve entre parenthèses. Il a cependant l’opportunité de démarrer sa carrière professionnelle en 2015 à un niveau un peu moindre, au sein de NBL, une ligne de basket canadienne. Mais cette année avec l’arrivée du Motor City Cruise, un nouvel espoir surgit : une formation professionnelle de basket, chez lui : « Avec une équipe dans ma ville, ce serait énorme pour moi de l’intégrer et de bien me débrouiller si je peux les rejoindre ». Il a cette occasion, car avant chaque saison toutes les franchises G-League tiennent des sessions d’essais, moyennant une somme comprise entre 200 et 300$. L’occasion de découvrir des joueurs locaux qui seraient passés sous les radars. Et même si Kearney n’a pas pu jouer depuis deux ans à cause de l’épidémie, il veut jouer sa carte à fond. Marcus Stout, assistant coach au Cruise, connait d’ailleurs son parcours : « Cette opportunité est majeure pour lui, être de cette ville, remporter le championnat de la ville et aller à Michigan State. […] Je pense que cette opportunité de boucler la boucle pour qu’il ait une vraie chance de faire quelque chose au plus haut niveau, C’est pourquoi nous faisons ces essais ». Brandan Kearney sait que peu seront élus, mais il va essayer de faire tout ce qu’il peut pour intégrer le Cruise.

Un nouveau coach dans le Wisconsin

Logo Wisconsin_HerdLe Wisconsin Herd n’a pas participé à la saison 2020-2021 qui s’est déroulé dans la bulle d’Orlando. Son ancien technicien, Chase Buford, s’est du coup engagé avec les Sidney Kings, dans la ligue australienne. Le Hed vient de trouver son remplaçant, en nommant Chaisson Allen, déjà connu dans la maison. S’il a passé le dernier exercice comme assistant aux Long Island Nets, il avait occupé juste avant le même poste dans le Wisconsin, le temps d’une saison. Il devient donc le troisième coach de l’histoire de l’équipe, formation qui jusqu’ici n’est jamais parvenue à se qualifier pour les playoffs. Ils auraient pu le faire en 2020, car la franchise avant un superbe bilan de 33 succès pour seulement 10 revers, soit près de 77% de victoires. Cependant, l’arrêt prématuré de la saison les a empêché de tenter de remporter le titre. Charge à Allen de prendre le relais, et d’essayer de faire aussi bien que son prédécesseur.

Les équipes : Memphis Hustle

Logo HoopsleaguesJusqu’en janvier 2017, les Grizzlies de Memphis avaient une affiliation hybride avec l’Iowa Energy. Mais en ce début d’année ils décident de ne pas renouveler le contrat qui les lie, pour pouvoir avoir une franchise beaucoup plus près. Ils ont ainsi décidé d’implanter une formation à Southaven, à moins de 30 kilomètres du FedExForum. De quoi largement faciliter les échanges entre les deux franchises, et permettre aux Grizzlies d’avoir un œil sur le développement de ses jeunes. Depuis leur premier exercice en 2017-2018, ils n’ont jusqu’ici pas beaucoup connu le succès. En trois saisons où cela était possible, ils ont atteint une seule fois les playoffs, échouant en demi-finale de conférence. On ne sait pas encore si Jason March sera encore le coach cette automne, mais il aura fort à faire pour enfin amener l’équipe vers les sommets. En attendant, vous pouvez toujours aller voir la nouvelle page du Memphis Hustle sur le site !

Le Charge prépare son staff

Logo du Cl. Charge 2021Ce n’est pas encore officiellement annoncé, mais Nate Reinking ne serait plus l’entraîneur du Charge pour la prochaine saison. D’après Cleveland.com, celui-ci a été promu dans le staff des Cavaliers, et la nouvelle franchise du Cleveland Charge a décidé de nommer Dan GERIOT pour prendre la suite. Il est bien connu de la maison, car il a débuté chez les pro en 2015 pour les Cavs comme coordinateur vidéo. Trois saisons plus tard, il a connu sa première évolution, en devenant assistant coach à Cleveland. Le voici propulsé titulaire à l’étage du dessous, à seulement 33 ans. Belle évolution pour lui qui n’a jamais joué professionnellement, ayant été assistant coach à Princetown dès sa sortie de l’université de Richmond.

Un serbe dans le Texas

Logo Austin_SpursLa valse des entraîneurs se poursuit, et c’est au tour des Spurs d’annoncer qu’ils ont choisi de signer Petar Božić pour le prochain exercice. Cet ancien joueur de basket avait commencé par jouer huit saisons dans le club phare du pays, le Partizan de Belgrade. Il y avait connu le succès, avec cinq titres de champion, cinq coupes de Serbie, et 5 ligues adriatiques. Suite à sa retraite sportive, il avait poursuivi comme assistant coach, remportant un nouveau titre en 2014., puis entraîneur titulaire à partir de 2015-2016. Il avait par la suite traversé l’Atlantique pour rejoindre les Austin Spurs, comme assistant coach. Il était du coup sur le banc lors du titre G-League de la franchise en 2018. Nouvelle étape dans sa carrière, le voici désormais avec le poste de titulaire. A lui de transposer dans le Texas son expérience de joueur, lui qui a gardé jusqu’en janvier 2020 le record du plus grand nombre de matchs disputés avec le Partizan.

Powell à la tête du Skyforce

Logo Sioux_Falls_skyforceKasib Powell est bien connu au Skyforce de Sioux Falls, pour y avoir joué, mais aussi pour y avoir glané un titre de MVP de ce qui s’appelait alors la D-League, en 2008. Il faudra maintenant compter sur lui dans un nouveau rôle, car le voila nommé entraîneur principal de la franchise. Il en devient le 21e coach, mais aussi le 6e depuis le début du partenariat avec le Miami Heat en 2013. Revenu à Sioux Falls en 2016, il était depuis assistant, ce qui lui a permis d’acquérir pas mal d’expérience au bord du terrain. Il déclare d’ailleurs « Je suis honoré d’être nommé entraîneur d’une aussi grande organisation, avec une telle histoire et un si grand prestige. Je veux guider ces jeunes hommes à donner le meilleur d’eux-mêmes, aussi bien sur qu’en dehors des terrains. Je suis excité d’avoir une communauté que nous supporte autant, et je ne pouvais rêver meilleure opportunité d’apporter ma pierre à un tel héritage ».

Le Swarm tient son coach

Logo Greensboro_SwarmPour les 5 ans de la franchise, le Swarm a décidé de changer une nouvelle fois d’entraîneur. Et si comme souvent la piste interne a été privilégiée, c’est cette fois le parcours du petit nouveau qui peut surprendre un peu. Jordan Surenkamp a finalement assez peu d’années de basket derrière lui. Après quatre années à l’université de South Alabama comme assistant puis directeur des opérations basket, il est entré dans le monde professionnel comme coordinateur vidéo aux Long Island Nets. Il a ensuite poursuivi la même mission, mais aux Charlotte Hornets. Et le voilà cette saison propulsé directement coach principal du Greensboro Swarm. Belle promotion, mais James Borrego, le coach des Hornets, est fan : « Personne ne regarde plus de vidéos. Personne ne passe plus d’heures à apprendre le jeu ». Et il en est sûr : « Il a déjà parlé de culture, cela ne va pas changer. Le style que vous verrez à Greensboro sera le même que celui que vous voyez à Charlotte : comment nous jouons en attaque, comment nous jouons en défense, comment nous jouons les uns pour les autres, comment nous travaillons, comment nous nous engageons les uns pour les autres. Toutes ses choses vont se faire aussi à Greensboro. Et Jordan va beaucoup apporter de son expérience en tant que coordinateur vidéo ». Pour lui aucun doute, Jordan Surenkamp va réussir sa mission ici.

Le Blue voit grand !

Logo Oklahoma_City_BlueDepuis l’an dernier, le Blue d’Oklahoma City savait qu’il ne pourrait pas retourner jouer au Cox Convention Center. En effet, Prairie Surf a racheté la salle, et en a fait un complexe de production cinématographique. Difficile de jouer du coup dans une salle qui n’existe plus. Le Blue aurait alors du se mettre à la recherche d’un nouveau bâtiment. Cependant, une autre voie a été choisie, et l’équipe disputera ses rencontres dans la salle de sa franchise mère, l’Oklahoma City Thunder. Elle de vient ainsi la seule formation à jouer tous ses matchs dans une antre de dimension NBA. D’autres équipes vont toutefois aussi le faire, mais de manière partielle. Les Fort Wayne Mad Ants par exemple vont jouer 9 matchs dans la salle des Pacers à Indianapolis, tandis que les équipes affiliées des Raptors, Cavaliers et Jazz vont en disputer un.

Le calendrier 2021-2022 est sorti !

La G-League aime bien expérimenter les formats, et cette saison ne fait pas exception. Le début des hostilités est prévu pour le 5 novembre, mais pas de manière classique. Les formations en lice débuteront par un tournoi de 14 rencontres, qui se terminera au showcase annuel qui se tiendra du 19 au 22 décembre. Les 30 équipes seront divisées en 4 pôles régionaux au sein duquel chacun jouera 12 matchs. Le premier de chaque pôle, ainsi que les quatre autre meilleures formations en pourcentage de victoires se retrouveront au showcase pour un tournoi à élimination directe. Les non qualifiés disputeront deux matchs hors showcase. S’en suivra ensuite une saison régulière de 36 rencontres par franchise, qui commencera le lundi 27 décembre, ce qui permettra à toutes de disputer 50 matchs. Les six meilleures équipes de chaque conférence seront qualifiées pour des playoffs prévus pour le mois d’avril. A noter que l’Ignite et les Mexico City Capitanes prendront part à la première partie, jusqu’au showcase, mais ne joueront pas la saison régulière.

Une franchise mexicaine… Pas au Mexique

Logo Mexico City Capitanes 2021Cela faisait un petit moment que l’on savait que les Mexico City Capitanes devaient intégrer la G-Legue. Par contre, du fait de la situation sanitaire, il n’était pas certain qu’ils puissent disputer l’exercice 2021-2022. L’annonce officielle est enfin tombée, les Capitanes seront finalement bien présents pour le prochain coup d’envoi. Par contre, pour la même raison qui a poussé les Raptors à ne pas pouvoir jouer au Canada lors de la dernière saison, ils ne pourront pas fouler les parquets devant leurs fans mexicains. Il sembleraient qu’ils soient basés à Fort Worth pour les entraînements. Par contre, toutes leurs rencontres se dérouleront à l’extérieur.